Dix tonnes par jour. C'est la quantité de sang pompé chaque jour par votre coeur. Ce sang circule chaque jour de vos pieds jusqu'à votre coeur grâce à votre système veineux. Pour 1 Français sur 3, cette circulation peut poser problème et entraîner des symptômes d'insuffisance veineuse.


 

Selon le Dr. Jean-Charles Benzimra, phlébologue, angiologue (Paris) : Toutes les femmes et tous les hommes – ces derniers étant également concernés, contrairement aux idées reçues – qui ont des symptômes d’insuffisance veineuse, douleurs, lourdeurs à la chaleur, oedèmes doivent porter des bas de compression et d’autant plus pendant les voyages.

Qu'est-ce que l'insuffisance veineuse ?

Pour comprendre l’utilité de la compression, il y a 2 notions fondamentales à connaître sur l'insuffisance veineuse :

1ère notion : La veine est un tuyau, dont la fonction principale est de remonter le sang des pieds vers le cœur. Elles sont dotées de valvules, véritables clapets anti-reflux, qui empêchent le sang de redescendre du fait de la pesanteur. Ainsi quand on marche, la contraction des muscles qui entourent les veines comme ceux des mollets, de la voûte plantaire, de la cuisse, la respiration avec le diaphragme, va tirer le sang vers le haut qui va aller au cœur, pour être oxygéné au niveau des poumons et repartir au niveau des artères.

2ème notion : Nos membres inférieurs ont 2 systèmes veineux, des veines profondes dans les muscles et des veines superficielles sous la peau. Normalement le sang remonte dans les veines profondes et superficielles, ces deux systèmes veineux communiquent et sont reliés au niveau des veines perforantes.

Les veines profondes ramènent 90 % du sang au cœur, les veines superficielles 10%.

Quand les veines profondes sont malades, elles se bouchent, c’est la phlébite.

Quand les veines superficielles sont malades, elles se dilatent, ce sont les varices.

La compression veineuse en traitement de l'insuffisance veineuse

Pourquoi faut-il mettre des bas de compression pour traiter des varices ?

Les varices sont une maladie de la paroi de la veine qui se dilate. Cela signifie que les valvules, qui stoppent le reflux ne sont plus hermétiques, le sang redescend donc au niveau de la cheville, sort des veines et va stagner dans les espaces péri-veineux. Le sang engorge l’espace dermique et hypodermique et crée un œdème. La jambe est alors plus lourde, plus douloureuse, plus enflée, il y des crampes la nuit, des impatiences – c’est la traduction fonctionnelle de l’insuffisance veineuse superficielle c’est-à-dire les varices.

Pour prévenir et limiter ces troubles douloureux et oedèmes, nous prescrivons des bas de compression médicale. En effet en comprimant les veines superficielles, on limite la stase et favorise le retour veineux dans les veines profondes.

Insuffisance veineuse sans traitement par compression veineuseVeines saines pendant compression veineuse

Pourquoi faut-il mettre des bas de compression pour traiter une phlébite ?

Quand une veine profonde est bouchée, le sang qui remonte vient buter sur le caillot, il va donc emprunter une autre voie de suppléance, soit au niveau des veines superficielles ou des veines profondes pour continuer sa circulation. A force les veines superficielles vont se dilater, les valvules ne seront plus hermétiques, et c’est l’apparition de varices post phlébitiques. Parfois les veines superficielles peuvent se boucher on parle alors de paraphlébite, périphlébite ou phlébite superficielle.

Pour prévenir ce risque on prescrit une compression bien serrée qui comprime les veines superficielles, et oblige donc le sang à passer dans d’autres veines profondes pour trouver une circulation collatérale. L’intérêt de la compression chez la personne qui fait une phlébite, c’est d’éviter la souffrance du réseau veineux superficiel et ses complications.

Les fabricants ont considérablement amélioré l’esthétisme, la qualité du textile des bas de compression médicale, et élargi l’éventail des couleurs ; nous facilitant ainsi l’acceptation et l’observance par nos patients, notamment par les hommes.

Les enfile-bas ont fait également de gros progrès pour faire admettre une compression à nos patients.

En tant que phlébologues et avec les généralistes, nous sommes les principaux prescripteurs, nous éduquons nos patients sur leur intérêt, leur action sur l’œdème, l’amélioration de la peau, le maintien du sang qui stagne et provoque des varicosités et des complications phlébologiques.

Sur la base de la Classification CEAP de l’insuffisance veineuse, je prescris régulièrement une compression (classe 2, 3, 4) et systématiquement en post-opératoire.

C0 : pas de signes clinique visibles : Classe 1
C1 : télangiectasies ou varices réticulaires : Classe 1 ou 2
C2 : varices > à 3mm (visibles à l’œil nu) : Classe 2 ou 3
C3 : œdème permanent : Classe 3 ou 4
C4 : altérations cutanées : Classe 2 ou 3

Attention au patient souffrant d’artérite sévère des membres inférieurs. Dans ce cas, il est absolument nécessaire de consulter afin que le phlébologue évalue le type de compression à prescrire, quand et comment.

Un suivi régulier et des examens chez un phlébologue sont recommandés. Un écho-doppler (photo ci-contre) permettra au médecin d’identifier les veines malades et leurs degrés de dilatation. Il prescrira suivant les cas des veinotoniques, une sclérothérapie ou une chirurgie ainsi que le port d’une compression adaptée.