Archives

Toutes les nouveautés

Toutes les nouveautés

Toutes les nouveautés

En savoir plus

Comment choisir une genouillère ?


Genouillère et entorse genou : comment choisir ?

L’articulation du genou offre une biomécanique à la fois très utile et complexe, supportant tout le poids de notre corps, au coeur de la motricité et locomotion des membres inférieurs. Extrêmement sollicité, il nous sert pour marcher, courir, s’asseoir… Composé d’os comme le ménisque, le fémur et le tibia, de ligaments externes et internes, de tendons, de cartilages : tous contribuent à la flexibilité et au maintien du genou. Ces éléments abîmés ou fragilisés, le genou peut rapidement être la cause de sévères douleurs.

Avec près d'une personne sur 4 actuellement touchée par des problèmes de genou, l'entorse du genou est un cas d'école en traumatologie du sport et en orthopédie. D'après l'accidentologie des sports d'hiver sur la saison 2015-2016, on dénombrait 150 000 blessés des sports de glisse en France, dont 29% sont des entorses du genou, essentiellement dûes à la pratique du ski alpin.

La genouillère, appelée également orthèse ou attelle du genou, permet d’apporter une protection en garantissant un plus grand maintien et une meilleure stabilisation. Mais comment savoir quelle genouillère choisir pour quel traumatisme, après entorse ou chirurgie du genou ? Genouillère ligamentaire ou rotulien ? Quelle genouillère à quelle phase du traitement ? Pour quel type d'activité ? Voici les réponses de nos orthopédistes pour vous accompagner dans la protection de votre genou.

Un petit rappel des basiques de l'anatomie du genou pour mieux comprendre les pathologies du genou, et notamment le rôle de stabilisation des ligaments. 

Les ménisques (ménisque médial et externe, composés de cartilage fribeux) jouent le rôle de coussin et d'emboitage entre le fémur et le tibia, permettant d'amortir les chocs, de répartir le poids du corps et le liquide synovial pour réduire le frottement. 

Les ligaments latéraux sont de part et d'autre du genou : le ligament latéral interne appelé également ligament collatéral médial; le ligament latéral externe appelé également ligament collatéral latéral. Ces ligaments retiennent les mouvements excessifs de torsion du genou vers l'intérieur et l'extérieur (mouvement de varus valgus). Le test varus valgus opéré par un pratcien (palpation par un médicin du sport, 

Le ligament croisé antérieur (LCA) s'insère au niveau du condyle fémoral latéral ("petite boule arrondie" de l'os du fémur) et tient un rôle stabilsateur de l'articulation en maintenant le genou vers l'arrière en s'opposant au mouvement de tiroir antérieur. Le ligament croisé postérieur (LCP) vient croiser le LCA par derrière pour renforcer le rôle stabilsateur de l'articulation en maintenant le genou vers l'avant en s'opposant au mouvement de tiroir postérieur.

Le LCP est plus robuste que le LCA, d'où l'élongation et déchirure plus fréquente du LCA. 

Les ménsiques et les ligaments du genou

Entorse du genou : les différents stades de gravité

L'entorse du genou provient généralement d'un mouvement anormal du genou. Un ou plusieurs ligaments peuvent alors être abimés. La gravité de l'entorse est directement corrélée à l'importance de la lésion du ligament : entorse bégnine (ligamnet étiré), entorse moyenne (ligament déchiré), entorse grave (ligament rompu). 

Les entorses de faible gravité ne touchent bien souvent que les ligaments latéraux. Quand un ligament croisé est touché, la casse est plus importante et donc l'entorse plus grave car invalidante (impotence fonctionnelle liée au déséquilibre et dérobement du genou, boiterie...). 

Entorse du genou : les stades de gravité

Une genouillère différente en fonction de la pathologie et de l'activité pratiquée

Un genou douloureux peut être le symptôme de diverses pathologies : blessure au genou (entorse ou fracture, rupture du ligament, lésion méniscale), gonalgie tendineuse (tendinite du genou ou tendinite du fascia lata ou encore syndrome de l’essuie glace), cartilagineuse ou osseuse (arthrose du genou, chondrocalcinose…).

On distingue plusieurs types de genouillères orthopédiques permettant plus ou moins d'amplitude dans les mouvements, notamment la flexion du genou : les genouillères de sport et maintien (dites proprioceptives), les genouillères ligamentaires, les genouillères rotuliennes et les genouillères d’immobilisation.

Guide pathologique genouillère

Après un traumatisme, il est primordial de consulter son médecin ou spécialiste du genou afin de faire un examen clinique et un diagnostic correct avant de choisir sa genouillère et connaître le type et l’intensité du maintien nécessaire à la prévention ou au bon rétablissement du genou. La consultation d’un médecin n'exclut pas dans certains cas des examens complémentaires (radiographie, IRM, arthroscopie..).

Le port d’une genouillère est nécessaire également après un traitement chirurgical. Là encore, le type de genouillère à porter pendant la période de cicatrisation sera déterminé par le chirurgien orthopédiste.

Un genou mal traité va récidiver, voire aggraver la pathologie et amplifier les risques de complications (instabilité chronique, lésions méniscales, arthrose, intervention chirurgicale...). Tandis qu’un genou "trop tuteuré" est également néfaste puisqu’une trop longue immobilisation entraîne un enraidissement du genou qui aura alors besoin de plus de rééducation (raideur, craquement. Qui plus est, en restant immobilisé, les muscles de cuisses (muscle quadriceps, péroné, jambier, extenseur…) ne sont plus sollicités et auront tendances à fondre autour du genou, aggravant son instabilité.

Guide pathologique entorse du genou

En général, les genouillères sont ambidextres (conviennent au genou droit et au genou gauche). Pour choisir la taille adaptée, il faut mesurer la criconférence du genou semi-fléchi (tour du genou), au niveau de la rotule et du creu poplité. Si le genou est gonflé (oedème ou hématome, gonflement, épanchement de synovie...), mesurer l'autre genou. 

Les genouillères élastiques de maintien (proprioceptives) en prévention de récidive 

La genouillère de sport et de maintien souple apporte un maintien léger en cas de légères douleurs articulaires, instabilité chronique des ligaments (légères), séquelles d’entorse, ou en reprise d’activité.

Ce type de genouillère convient pour les sports linéaires qui sollicitent peu les articulations (footing, vélo...), notamment en prévention de récidive sur un genou instable. Il faut opter pour une genouillère élastique avec compression de classe 3 (entre 20 et 36mmHg ie millimètre de mercure) qui aura un bien meilleur effet proprioceptif (perception du corps dans l’espace) et une plus grande sensation de maintien, par rapport à des genouillères élastiques simples ou en néoprène que l'on trouve dans tous les magasins de sport, sans niveau de compression garanti ni de réelle augmentation de la proprioception.

Contrairement aux idées reçues, porter systématiquement une genouillère élastique en prévention pendant ses activités sportives ne compensera pas ni ne réduira les fonctions musculaires. Au contraire la proprioception aura pour effet de venir contracter les muscles plus rapidement et donc de mieux protéger l'articulation, sans aucun risque de “fonte musculaire” autour du genou ou encore moins d'habituer son articulation à "se reposer" sur une orthèse.  

Pour la pratique sportive (activité physique modérée), nous recommandons donc l’utilisation d'une genouillère élastique certifiée dispositif médical (avec prise en charge possible par l'Assurance Maladie sur prescription médicale) comme la GL Stab de Cizeta Orthò ou la Genuaction de Thuasne. En effet l’utilisation d’un tricot de compression classe 3 est un gage d'amélioration de la proprioception qui permet d'augmenter la vigilance, le rendement musculaire et renforcer l'articulation en limitant l'intensité des mouvements de rotation et de torsion du genou.

Genouillère GL StabGenouillère Genuaction

Les genouillères rotuliennes les pathologies chroniques du genou (tendinopathie, arthrose..)

La genouillère rotulienne est plus adaptée pour des pathologies chroniques telles que syndrome rotulien (Osgood Schlatter, chondrite rotulienne, instabilité fémoro-patellaire), gonarthrose, tendinite ou certaines pathologies traumatiques comme une luxation de la rotule.

La genouillère Patella Stab vous assure un maintien rigoureux grâce à son anneau en silicone servant de guide protecteur pour le tendon rotulien. La genouillère Genu Pro Activ et la genouillère GL 120 assurent les mêmes fonctions et seront privilégiées pour les activités plus intenses. Ces trois genouillères sont idéales pour la reprise sportive.

Genouillère rotulienne Genu Pro ActivGenouillère rotulienne Patella Stab

Les genouillères ligamentaires après traumatisme ou en reprise sportive

La genouillère ligamentaire est principalement utilisée suite à un traumatisme ou en phase de reprise sportive. Elle permet notamment de traiter l’entorse de genou, la lésion du LCA (Ligament Croisé Antérieur) ou encore une laxité chronique (instabilité modérée à importante). L’entorse est la pathologie la plus fréquente et correspond à une torsion de l’articulation, et donc une fragilisation des ligaments. Elle peut être « bénigne » (étirement des ligaments) à grave (arrachement ou rupture des ligaments) et est souvent liée à la pratique d’un sport de pivot (football, handball, basketball, etc.).

Genouillère ligamentaire souple : entorse bénigne et sports de pivots

Une genouillère ligamentaire souple est conseillée pour la reprise d'activité après une entorse bénigne et en prévention de récidive pour les sports de pivots. 

Une genouillère ligamentaire offre un maintien supplémentaire par rapport à une genouillère élastique, soit grâce à des sangles additionnelles de strapping pour renforcer le niveau de compression et de maintien, soit avec un baleinage rigide qui vient consolider le mécanisme de stabilisation du genou. La genouillère ligamentaire souple avec strap conviendra pour les instabilités chroniques légères à modérées. La genouillère ligamentaire avec baleinage est conseillée pour les instabilités chroniques modérées à graves.

Dans ces cas d'instabilité chronique légère à moyenne et notamment pour les sports de pivots, les genouillères Ligastrap Genu, la GL Strapp ou encore la Genugib Ligamentaire 3D sont adaptées. Les deux premières vous apportent un maintien supplémentaire grâce à des sangles pour un renfort additionnel en complément de la compression. La dernière vous assure un maintien renforcé grâce à un baleinage en acier ressort qui vient stabiliser l'articulation.

Genouillère ligamentaire GL StrappGenouillère Genugib 3D

Genouillère ligamentaire rigide : entorse moyenne et sports extrêmes

Une genouillère ligamentaire rigide est conseillée pour la reprise d'activité après une entorse moyenne et en prévention de récidive pour les sports de haute-intensité (ski, roller, motocross, rugby...). 

Dans les cas d'instabilité chronique légère à moyenne avec pratique de sports extrêmes, il est recommandé de porter une genouillère ligamentaire rigide qui assure une stabilisation qui empêche les mouvements de rotation latérale et de torsion, tout en permettant le mouvement naturel du genou de flexion et extension dans son axe. 

La genouillère Genu Ligaflex (en version courte pour l'activité sportive) assure un maintien rigoureux grâce à ses baleines latérales en aluminium et ses sangles de suspension. La version ouverte vous permet une ouverture à l'avant de la genouillère et présente un anneau rotulien complet facile à positionner. De plus, son silicone antiglisse intégré au tricot est apprécié des sportifs, notamment des skieurs. 

́Egalement avec des montants rigides latéraux amovibles, la genouillère Genugib Open est une genouillère ouverte à porter en phase de rééducation et réadaptation, ou en cas de séquelles traumatiques pour la pratique d'un sport intense ou à risque pour le genou. De même que la genouillère stabilisatrice articulée GL 120 de Cizeta, qui existe en modèle Open pour plus de faciliter à l'enfilage (apprécié par les grandes tailles et morphologies fortes). 

Genouillère articulée GL 120Genouillère Genu Ligaflex

Dans les cas les plus extrêmes, par exemple un skieur freestyle ou freeride en reprise d'activité suite à une entorse, il conviendra de protéger encore plus les ligaments fragiles avec une genouillère qui stabilise solidement toute l'articulation. La genouillère Genucontrol de Thuasne, avec sa structure en aluminium de qualité aéronotique et sa coque tibiale qui permet à l'attelle de rester bien en place même pendant une activité intense, est une genouillère fortement appréciée des sportifs de l'extrême qui recherchent un maintien indéfectible dans un produit léger et confortable.  

Genouillère ligamentaire Genucontrol

Les genouillères d’immobilisation ou attelle de genou

Les attelles de genou ou genouillères d'immobilisation permettent une immobilisation complète du genou permettant un effet antalgique et protecteur. Elles sont à porter avec des béquilles en post opératoire suite à une intervention chirurgicale (ligamentoplastie, ostéotomie...), en cas d’e

La genouillère stabilisatrice GL120 de Cizeta permet une immobilisation relative (de 0º à 120º), utile en protection post-opératoire notamment pour les entorses moyennes. 

Genouillère Ligapress

Pendant la phase d'immobilisation, rappelons qu’il est nécessaire de porter des bas de contention pour améliorer le retour veineux sur le membre handicapé et diminuer le risque de thrombose.

La période d'immobilisation doit être suivie d'une période de réadaptation avec port obligatoire d'une genouillère ligamentaire ou rotulienne adaptée à la reprise d'activité. Elle permet ainsi de protéger l'articulation et de faciliter la proprioception afin d'éviter toute rechute ou séquelle.

Pour retrouver les pleines capacités fonctionnelles de son genou après un traumatisme, ou du moins maximiser ses chances de réadaptation, la consultation d'un kiné est fortement conseillée avant le reprise d'activité. En effet pratiquer des séances de kinésithérapie permet une rééducation optimale de l'articulation avec un travail de renforcement musculaire ciblé et d'amélioration de la coordination des muscles avec les ligaments.

En complément d’une genouillère après une immobilisation complète du genou, nous conseillons le port de semelles orthopédiques ou des talonnettes silicones amortissantes, comme les Pedipro de Thuasne par exemple. En effet les semelles orthopédiques permettent de limiter le stress subi par l’articulation du genou et d’absorber les chocs rotuliens (effet décharge et amortissement des vibrations) notamment lors de la reprise du sport.

Enfin, rappelons les précautions pour éviter le risque de traumatisme du genou : privilégier les activités douces pour un genou fragile (cyclisme, natation, course à pieds sur sol souple...), muscler ses jambes (quadriceps, ischio jambiers et fessiers), bien s'équiper (chaussures adaptées au sport pratiqué) et s'échauffer avant toute activité sportive.

Sources : 

Médecins de Montagne

Ameli-sante.fr

Les Cahiers de la compression de l'Orthopédie

Fabricants : Thuasne.fr, Cizetamedicali.fr, Gibaud.com

Partager

Commentaires

    • Benitez - janv. 5, 2017

      Je suis un peu gros et je désir acheter des genouillères .que me conseillez vous ,suis pas grand Pèse 136 kg pour 1,68mt âgés 66 ans merci de me répondre.

    • Barbara de MesJambes - janv. 9, 2017

      Bonjour, d’abord tout dépend de votre pathologie (ligament ou rotule) et du stade de l’entorse. S’agit il d’une instabilité chronique, d’une reprise d’activité ou d’une période de cicatrisation ? Il est indispensable de consulter votre médecin pour vous orienter vers le type de genouillère adaptée (stabilisatrice, maintien ligamentaire simple ou renforcé…). Ensuite, pour les morphologies fortes, la genouillère Gibortho Ligamentaire (ou rotulienne) va jusqu’à un tour de genou de 53 cm (taille 5). Enfin, pour les genouillères stabilisatrices articulées, privilégiez la GL 120 de Cizeta en modèle Open plus facile à enfiler pour les grandes tailles.

    • danie - déc. 4, 2017

      Je me suis fait une entorse du genou (ligament latéral interne) lors d'une chute, il y a plus de 5 ans. D'abord diagnostiquée pour des fractures du tibia et du peronné. Mon pied est resté coincé alors que j'étais suspendue dans le vide. Depuis, je porte un genouillère pour la marche en montagne et le ski de fond. Ma genouillère est en néoprène avec supports latéraux articulés. Cependant, il m'arrive de sentir des douleurs à l'intérieur du genou à la marche sur le plat, en ville ou suite à des chutes de ski. J'aimerais savoir s'il existe des orthèses mieux adaptées à ma condition et lesquelles dois-je demander à mon médecin de me recommander. J'ai l'impression que mon médecin n'est pas très sportif et ne comprends pas ma situation. Je pratique le vélo et la natation sans problème. Pour ce qui est des sports tels que volley-ball, tennis ou semblables, je n'ose même pas essayer. Merci à l'avance.

Laisser un commentaire

* Nom :
* E-mail :(Ne sera pas publié)
   Site :(Url avec http://)
* Commentaire :