Archives

Toutes les nouveautés

Toutes les nouveautés

Toutes les nouveautés

En savoir plus

Comment choisir une chevillère ?


Chevillère et entorse cheville : comment choisir ?

L’entorse de la cheville est un traumatisme très fréquent, représentant près de 10% des consultations d’urgence hospitalière et touchant en moyenne 6000 français par jour. L’entorse externe (torsion du pied vers l’intérieur) est aujourd’hui bien diagnostiquée et bien accompagnée par les professionnels de santé (médecins, fabricants d'orthèses, applicateurs).

Cependant, l’entorse demeure une des pathologies les plus mal soignées en traumatologie du sport, car nombreux sont les individus touchés qui minimisent son diagnostic, bâclent son traitement et gardent ainsi des séquelles. On constate 30% de récidive après une entorse de la cheville. 

En tant que patient responsable et actif dans son traitement, il est normal de s’intéresser aux différents dispositifs qui participeront au traitement d’une entorse, notamment le choix des chevillères disponibles sur le marché. Quelle chevillère choisir en fonction du stade de gravité de l’entorse, bénigne, moyenne ou grave ? Quelle chevillère porter selon la phase du traitement : post-traumatisme, en reprise d’activité ou en prévention de récidive ? Nos orthopédistes vous répondent. 

Différentes chevillères selon le stade de gravité de l’entorse

Sous-traiter une entorse avec une chevillère de maintien trop léger peut engendrer des complications, notamment une instabilité chronique de la cheville qui entraînera des entorses à répétition.

Par ailleurs, « sur-traiter » une entorse peut avoir des effets néfastes à long terme. En effet la mobilisation (par opposition à l’immobilisation) permet dans certains cas d’augmenter la résistance ligamentaire et d’améliorer la cicatrisation en stimulant l’organisme à fabriquer un collagène de meilleure qualité.

Même si dans le cas d’une entorse bénigne il n’est pas nécessaire d’effectuer une consultation d’urgence (l'application du protocole RICE i.e. Repos Ice Compression Elevation étant accessible en automédication), il est recommandé de faire un examen clinique par un médecin dans les 3 à 5 jours après la blessure pour écarter tout risque de « sous-traitement » ou de « sur-traitement » d’une entorse. Et cette première consultation médicale n’exclut pas des examens complémentaires utiles selon les cas (radiographie, échographie). 

guide pathologique entorse cheville

Chevillère élastique pour instabilité chronique

En apportant un simple maintien de l’articulation grâce au principe de compression, la chevillère souple ou chevillère de maintien joue un rôle de stabilisation en soutenant les ligaments fragilisés, en retenant l’articulation dans l’axe du pied et en prévenant la torsion de la cheville.

Il est conseillé de porter une chevillère élastique avec une compression de classe 3, qui permet un renfort garanti et une prévention active lors de laxitié chronique de la cheville (séquelles d'entorse à répétition), comme la chevillère Ligapress, plus que les chevillères de sport au rôle purement proprioceptif (limite le risque de blessure mais sans protection efficace). 

Chevillère LigapressChevillère Malleoaction

Chevillère ligamentaire pour entorse bénigne

Dans le cas d’une d’une entorse bénigne (étirement léger du ligament, douleur et gonflement modéré, cheville qui peut bouger), le port d'une chevillère ligamentaire sera suffisante après une période d'immobilisation (de 3 à 7 jours selon gravité) pour continuer à soulager la douleur et résorber l'odème grâce à la compression, à porter pendant toute la durée de réadaptation (de 1 à 4 semaines selon gravité).

En reprise d'activités sportives (sports linéaires), nous conseillons une chevillère ligamentaire avec amortisseur maléollaire comme la Maléopress ou la Maléoaction, qui permet notamment de protéger la malléole en diminuant les vibrations, voire même avec une bande de strapping pour renforcer la stabilisation et la protection (notamment pour les sports de pivots), comme la Maléogib Strap de Gibaud.

Chevillère Ligapress StrappChevillère Malléogib Strap

Chevillère ligamentaire avec strap/renfort en reprise d'activité (entorse moyenne)

Dans le cas d'une entorse moyenne (élongation des ligaments, œdème avec ecchymose i.e. gonflement avec bleu, mouvements très sensibles…), il est nécessaire de passer par une étape d’immobilisation relative de 4 à 6 semaines (selon gravité) qui assure un renfort des ligaments latéraux sans toutefois immobiliser totalement la cheville, en plus de l’effet antalgique. 

Attelle de cheville A2T

Pour cela, il faut l’application d’attelle stabilisatrice articulée ou avec renforts latéraux qui assurent une immobilisation plus rigoureuse comme l’attelle de cheville A2T qui limite les mouvements de varus/valgus et de flexion plantaire, tout en libérant la dorsiflexion pour une rééducation précoce après traumatisme. 

En reprise d'activités sportives (sports linéaires), il faut opter pour des chevillères ligamentaires avec strapping comme par exemple la Ligastrap Malleo qui apporte un renfort additionnel avec sa sangle amovible, en plus de la compression de classe 3 et du double sanglage. 

Pour les sports de pivots (football, basket, tennis...), plus exigeant au niveau des appuis, nous vous conseillons l'orthèse stabilisatrice à lacets de Gibaud, qui offre un maintien renforcé avec sa coque semi rigide. Egalement utilisable en période d'immobilisation grâce à ses renforts métalliques amovibles, la Dynastab Malleo est aussi beaucoup préconisée en période de réadaption sportive grâce à ses deux sangles de strapping et son confort (légèreté et finesse pour un enfilage facilité dans des chaussures). 

Atelle cheville à lacetsAttelle Cheville Malleo Dynastab Boa

Attelle de cheville avec immobilisation pour entorse grave

Dans les cas d’une entorse grave (rupture partielle des ligaments, appui difficile, hématome important) il faudra nécessairement passer par une période d’immobilisation de 6 semaines avec port d'une attelle de cheville. Soit d’immobilisation modérée permise grâce à l’orthèse stabilisatrice Talo-Tarsienne A2T mentionnée plus haut (selon gravité). Soit une immobilisation totale avec botte de marche dans les cas les plus sévères (rupture totale des ligaments, fracture, impotence majeure, hématome recouvrant toute la cheville). 

La période d’immobilisation totale devra nécessairement s’accompagner d’une période de réadaptation avec port d’une chevillère ligamentaire adaptée à la reprise d’activité (selon la blessure et le sport pratiqué).

Attelle de cheville A2TAttelle de cheville A2T

Rappelons que le port d’une chevillère ne suffit pas à guérir une entorse. Son traitement exige également repos, glaçage, médicaments antalgiques et anti-inflammatoires (selon gravité) ainsi que rééducation par un kinésithérapeute.

Enfin dans tous les cas, un avis médical est indispensable avant de choisir le bon dispositif de traitement. Seul le médecin saura diagnostiquer le degré de gravité d’une entorse et vous orienter vers le bon type de chevillère et de traitement à suivre. 

Sources : 

Ameli-sante.fr

Les Cahiers de la Compression et de l'Orthopédie (nº7) 

Fabricants : Thuasne.fr, Cizetamedicali.fr, Gibaud.com

Partager

Laisser un commentaire

* Nom :
* E-mail :(Ne sera pas publié)
   Site :(Url avec http://)
* Commentaire :